Caroline : A 16 ans j’ai décidé de faire 50 pompes par jour

Aujourd’hui je suis obsédée par ma silhouette.
Ça n’a pas toujours été comme ça.

C’est depuis que j’ai 30 ans parce qu’avant j’étais mince sans y penser.
Et là j’ai grossi, j’aimerai retrouver le corps que j’avais avant.
J’en suis arrivée à un point où à un moment dès que je faisais du sport ce n’était pas pour le plaisir mais uniquement pour calculer le temps que je passais à transpirer.
Mais attention, je n’aime pas les filles toutes minces dans les magazines. Ce qui me fait rêver c’est les filles sportives, musclées. Mais pas trop quand même, il faut qu’elles restent féminines.

Avant j’aimais faire du roller, sentir la glisse. J’avais commencé le roller gamine, avec des vieux rollers violet et blanc, avec une roue de chaque couleur !
Quand j’étais petite j’avais demandé à mes parents de m’inscrire à la patinoire, en patinage artistique. Je n’en ai fait qu’un an, ça avait totalement désorganisé la famille, alors un jour ma mère m’a dit “stop, on arrête ces conneries”.
Je me souviens le gala de fin d’année. Pour les costumes il y avait de magnifiques robes blanches avec des couronnes. J’ai été super déçue, les belles robes c’était que pour les grandes. Moi mon costume c’était une robe de paysanne horrible : jaune en dessous et marron dessus !

Maintenant je fais du squash. Je ne me souviens plus comment je m’y suis mise mais j’aime ça. Ça me défoule de courir et de taper le plus fort possible dans la balle.

J’ai fait de la boxe aussi, pendant 2 ou 3 ans. J’aimais ça, être rincée au point de ne plus tenir debout à cause de la concentration. Ce n’est pas de sautiller tout le temps le pire, c’est de faire ça tout en essayant de ne pas prendre de baignes.

J’ai fait de la gym aussi mais j’étais souple comme une bûche !

Et à 16 ans, j’ai décidé de faire 50 pompes par jour.
J’ai fait ça pendant une année scolaire.
Enfin, je n’ai pas commencé par 50 pompes ! Au début j’en faisais 5 par jour et puis j’ai augmenté comme ça de 5 en 5 jusqu’à 50.
Je voulais être plus musclée, plus “tanquée”. Et ben ça a été super efficace. Je suis musclée depuis, même quand j’arrête le sport.

En fait je m’aperçois que je n’ai pas toujours vu le sport de la même manière, ça évolue.

Quand je ne fais pas de sport pendant longtemps, ça ne va pas, je déprime. En fait je ne m’en rends pas compte à ce moment-là. C’est quand je refais du sport et que je me sens vraiment mieux que je me rends compte que c’était ça qui me manquait en fait.
Un jour j’ai fait le lien, maintenant au fond de moi je le sais.

Envie de recevoir mes conseils pour être mieux dans votre corps et dans votre tête grâce au sport et rester motivée ?

Inscrivez-vous aux Capsules d’énergie, la newsletter de Celles qui bougent

Leave a Reply