Odile : Le sport c’est indispensable pour être en bonne santé physique et mentale.

Je me suis mise à la course à pied avec une amie. Un jour son mari nous a dit “vous devriez vous bouger plus les filles”. Alors on est allé courir. Mon amie a arrêté au bout de trois fois mais pas moi.

Ça me plaisait, je progressais super vite, c’était extraordinaire.
Et puis c’était très efficace : je sortais courir avec mon chien 20 minutes et c’est comme si je lui avais fait faire une balade de 1h30. Ça me faisait gagner du temps.

Je me fais plaisir en course à pied. Je fais partie d’un groupe avec des gens de tous les âges.
C’est une vraie richesse de rencontrer tant de personnes différentes.

Quand je pars courir, je ne sais pas à l’avance si je vais y arriver. Certains jours je pars en me disant que si je cours 20 minutes, c’est déjà bien… et finalement je suis le groupe durant toute la séance.

Quand tu fais du sport, tu te dépasses, c’est formidable. Tu ne pensais pas être capable de faire ça. Même à la gym, des fois je me dis “qu’est-ce-que je fais là !” et au bout de 15 minutes, c’est bon, je suis dans le rythme.

Je ne faisais pas de sport en club quand j’étais enfant, à part une année de natation, en CM2 je crois. Mais je viens d’une famille sportive. On faisait de la marche, du ski… Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas fait de sport en club. Mes parents étaient sportifs pourtant. Ils se sont rencontrés à un gala de gym qu’ils organisaient : mon père encadrait les garçons du club de gym et ma mère les filles.

Quand je vois les femmes de mon âge, je m’aperçois que beaucoup ne peuvent pas faire certaines choses alors que moi si. C’est parce qu’elles ne sont pas assez sportives. Je n’ai jamais hésité à faire du sport, par exemple de la planche à voile quand j’étais jeune. En fait je n’ai pas d’appréhension car j’ai toujours fait pleins d’activités dans ma famille enfant.
Quand on a une base sportive, ça ne se perd pas. Quand je me suis faite opérée c’est vite revenu. Ce que l’on a acquis, on ne le perd pas.

Le sport c’est indispensable pour être en bonne santé. En bonne santé physique et mentale. Je le découvre en vieillissant. C’est dommage qu’on ne le sache pas plus tôt. On en parle plus aujourd’hui, ce n’est pas comme avant.

On ne parle pas aussi assez du périnée pour les femmes : faire une bonne rééducation si besoin, contracter son périnée quand on court ou quand on fait des abdominaux. On y fait plus attention maintenant, avant c’était presque tabou, on ne savait même pas ce que c’était le périnée !

Envie de recevoir mes conseils pour être mieux dans votre corps et dans votre tête grâce au sport et rester motivée ?

Inscrivez-vous aux Capsules d’énergie, la newsletter de Celles qui bougent

Leave a Reply