Magalie : J’ai accouché en mars, et en août j’ai gagné une course.

Je viens de finir première du triathlon petit format. C’est la première fois que je fais une course de ce type, je crois que j’ai gagné grâce au VTT ! En fait, j’ai bien aimé un format court, c’est plus cool, plus agréable. Avant ma grossesse, je faisais des courses VTT longues comme l’ultra trail de la Meije, la transjurassienne. Certaines courses font plus de 10h et sont très techniques.

La semaine dernière j’ai fait la course Alps bike et il y a 15 jours le raid Vauban en VTT alors je suis fatiguée. J’ai aussi un petit garçon de 15 mois, son papa le garde aujourd’hui.

Je suis maître nageur et pisteur secouriste alors je fais du sport toute l’année. Mon sport c’est le VTT.
Mon compagnon est très sportif aussi, il fait de nombreuses courses et il a très bons résultats.
Ce n’est pas facile de gérer les entraînements et les courses de chacun avec un bébé, c’est pour ça que je m’oriente vers des formats plus courts.

Je laisse la priorité à mon compagnon. Il a de supers résultats, il a fini deux fois premier de l’ultra raid de la Meije. Il est très attendu sur les courses et pour lui s’il ne se bat pas pour les premières places, ce n’est pas la peine de faire la course. Il ne veut pas de mauvais résultats, c’est tout ou rien.

J’ai vite repris après la grossesse et je n’ai pas perdu, sur les courses courtes en tout cas. De toute façon je n’ai plus assez de temps pour faire des entraînements longs, alors pour l’instant je vais rester sur ce format.
J’ai même été surprise en bien sur la grossesse. J’ai accouché en mars, et en août j’ai gagné une course. En fait je n’ai pas perdu mes capacités physiques.

Mais il faut s’accrocher avec un bébé à la maison. C’est dur de faire du sport, cela demande vraiment de la volonté, avoir la force d’y aller. Des fois je me dis “allez, prends ton vélo, vas y”. Il faut se mettre un coup de pied aux fesses, et puis après on se dit que c’est trop bien, ça valait le coup.

Au départ c’est mon compagnon qui m’a motivé à reprendre les courses et qui m’a poussée à m’entraîner. On essaie de partager, mais ce n’est pas facile de tout faire.
C’est la lutte à la maison pour avoir un créneau libre et aller rouler. Il faut s’accrocher au niveau organisation familiale quand je suis seule et qu’il part sur une course. Ça me pompe du jus, je n’ai pas de temps de repos, mais il me rend la balle, aujourd’hui c’est à mon tour.

Il y a des hauts et des bas, des fois on se demande s’il faut continuer pour garder le niveau qu’on a. On amène parfois notre enfant sur les courses, c’est chouette aussi de partager ça avec lui, lui transmettre le goût de l’effort.

Là c’est mon échappatoire, pouvoir souffler sans bébé, avoir du temps pour moi. Je ne pensais pas courir aujourd’hui, je suis éclatée, je n’arrive pas à récupérer entre les courses. Mais j’ai bien dormi hier et là, je finis première !

Je fais partie d’un club aussi qui organise des courses de VTT, la team raid Vauban. On organise le raid Vauban et on a une équipe VTT : https://www.facebook.com/teamvauban/ http://www.raid-vauban.com/

Envie de recevoir mes conseils pour être mieux dans votre corps et dans votre tête grâce au sport et rester motivée ?

Inscrivez-vous aux Capsules d’énergie, la newsletter de Celles qui bougent

Leave a Reply